maillot vert italie

Elle se rassure en battant le Nigeria, équipe surprise du premier tour, après prolongation (2-1), et poursuit sa route jusqu’en finale en battant l’Espagne en quart de finale (2-1) et la Bulgarie en demi-finale (2-1). Roberto Baggio, un des meilleurs joueurs de l’histoire du football italien, Ballon d’or 1993, joue un rôle prépondérant en marquant cinq des six buts italiens lors de ce tournoi. En finale au Stade Santiago Bernabéu, l’Italie remporte son troisième titre de champion du monde en battant la RFA, 3-1. Auteur d’un nouveau but, Paolo Rossi termine meilleur buteur du tournoi avec six réalisations, et sera Ballon d’or à la fin de l’année. Avec une génération de joueurs comme Paolo Maldini, Roberto Baggio, Roberto Donadoni plus un joueur « surprise » qui saura briller le temps d’une coupe du monde, Salvatore Schillaci, l’Italie réalise un parcours quasi parfait jusqu’en demi-finale. Après un été de fête, Roberto Donadoni se voit confier la sélection en vue de l’Euro 2008. L’Italie retrouve la France en qualification. En finale, le 9 juillet à Berlin, maillot d’italie ils décrochent une quatrième étoile en prenant leur revanche de 2000 sur la France après un match indécis. Elle ne parvient pas à se qualifier pour l’Euro 1984 en terminant 4e de sa poule de qualification avec une seule victoire (sur Chypre) en huit matchs.

Mais Bruno est aussi connu pour avoir physiquement agressé un arbitre, malgré l’intervention de ses coéquipiers pour le séparer, ce qui lui a valu une suspension de huit matchs. Le contexte du football italien est alors considérablement alourdi en raison du scandale de matchs truqués dans le Championnat d’Italie, connu comme le Totonero. Fais honneur à ton équipe favorite et montre que tu es fier d’être fan: avec le maillot de football Puma Home Authentic Italie, tu portes le même maillot que tes héros sur le terrain. Je suis mort Puma on dirait les faux maillots carrefour pendant les coupes du monde. Elle y hérite du « groupe de la mort », composé de la Roumanie, des Pays-Bas et de la France, encore. Devancés de peu par les Pays-Bas et la Pologne, deux des meilleures sélections du moment, lors des éliminatoires de l’Euro 1976, les Azzurri réalisent deux ans plus tard un très honorable parcours lors de la Coupe du monde 1978. Pratiquant un beau football, elle surclasse ses trois adversaires du premier tour, la France, la Hongrie et surtout l’Argentine, sélection hôte et futur vainqueur du tournoi. Au second tour, elle neutralise l’Allemagne, tenante du titre, bat l’Autriche avant de s’incliner lors du match décisif face aux Pays-Bas de Ernst Happel, qui ont déployé pendant la compétition un football de rêve.

À partir de ces débuts, la Squadra Azzurra, La Nazionale, Gli Azzurri, noms avec lesquels l’Équipe nationale italienne est surnommée, aura une longue histoire dans laquelle le football et les événements politiques seront interconnectés. Ces tenues sont souvent chargées d’histoire et représentatives de la culture d’un club ou d’une sélection nationale. La première symboliserait le bec des oies du Capitole (qui sauvèrent Rome d’une attaque des Gaulois en 390 avant JC) et la seconde celle du sang versé. Au bout d’un match à haute tension, elle s’incline (2-3) et connaît sa première élimination au premier tour d’une Coupe du monde depuis 1974. Elle termine dernière du groupe, sans avoir remporté le moindre match. Depuis l’indépendance croate et la Guerre de Yougoslavie, la Nazionale n’est jamais parvenue à venir à bout des Vatreni. Loin du niveau de jeu de la fameuse finale de 1970, la finale se conclut sur un match nul et vierge, au bout duquel l’Italie s’incline une nouvelle fois aux tirs au but. L’Italie compte dans ses rangs quelques-uns des meilleurs joueurs européens comme le défenseur Giacinto Facchetti, les milieux Gianni Rivera et Alessandro Mazzola, que l’entraîneur Valcareggi ne se résout pas à associer, et les attaquants Luigi Riva ou Roberto Boninsegna.

Pour toute cette génération de joueurs italiens (Riva, Rivera, Mazzola) comme pour l’entraîneur Valcareggi, la coupe du monde 1974 organisée en Allemagne est l’ultime occasion de briller au niveau international. Cette tactique marche très bien jusqu’à la 56e minute où Claudio Marchisio reçoit un carton rouge pour une semelle. Après une victoire contre Haïti et un match nul contre l’Argentine, l’Italie est battue par la Pologne (2-1) et se trouve devancée par l’Argentine à la différence de buts. D’ailleurs la première phase est plutôt décevante, car l’Italie termine cette phase avec 3 matches nuls; face à la Pologne (0-0), au Pérou (1-1 avec but de Conti) et face au Cameroun (1-1 but de Graziani). Elle se défait de la Pologne en demi-finale (2-0, deux nouveaux buts de Rossi). Rossi s’illustre à nouveau en marquant deux buts superbes, les seuls du match. Pourtant, il a marqué 27 buts en 56 matchs, la quatrième meilleure marque du football italien. L’Italie domine sans contestation son groupe éliminatoire pour l’Euro 2012. Elle bat notamment les îles Féroé cinq buts à zéro, un écart qui n’avait plus été atteint depuis 23 ans.

Consultez notre site Web pour en savoir plus sur maillot italie 2021.